Ma journée des femmes cette semaine à Jérusalem

Anat, Shosh et les autres se sont invitées au marché Mahané Yehuda, à Jérusalem-ouest avec leur slogan: «Les femmes font la paix».

Red. Etwa hundert israelische und palästinensische Frauen suchten gemeinsam das Gespräch mit Marktbesuchern. Wie skeptisch die Bevölkerung von West-Jerusalem reagierte, zeigt der Bericht der Journalistin M.L. (Name der Redaktion bekannt).

Anat, Shosh et les autres se sont invitées au marché Mahané Yehuda, à Jérusalem-ouest avec leur slogan: «women wage peace», les femmes font la paix. Une centaine de femmes israéliennes et palestiniennes étaient au rendez-vous. Surprise à l’arrivée: une pancarte les attendait: «les commerçants du marché Yehuda souhaitent la bienvenue aux femmes pour la paix».
Les femmes se sont dispersées dans le plus grand marché juif de Jérusalem pour parler aux passants. Difficile exercice. Il faut dire que la plupart sont méfiants, voire fermés, à l’idée d’une paix avec les Palestiniens. «Moi je les connais, affirme une très jeune femme, c’est impossible de s’entendre avec eux . Ils n’ont qu’à partir, il y a suffisamment de pays arabes où ils peuvent aller «. Communication terminée, elle n’a pas envie de s’étendre davantage sur le sujet.
Une femme plus âgée: «quand ils viennent travailler chez nous, ils sont tout gentils, mais dès qu’on a le dos tourné, ils cherchent à vous tuer»

Un vendeur de friandises est un peu plus optimiste: «si Dieu le veut, nous y arriverons à la paix. S’ils sont amicaux, je le suis aussi. Et si non, moi non plus. C’est valable face aux juifs et aux arabes.»
Shosh, qui entame ces discussions pas évidentes, n’est pas ébranlée. «Mais non je ne suis pas découragée. Il y a de nombreuses associations ici qui veulent la paix, et elles réunissent des dizaines de milliers de gens.» Il est vrai que Women Wage Peace comprend 40.000 membres ! «L’été dernier, renchérit Debbi, nous attendions quelques centaines de personnes à un rassemblement de parents, israéliens et palestiniens, qui ont perdu un enfant dans cette guerre, et il en est venu des milliers ! Ils étaient bien plus nombreux que prévu, si bien que 500 personnes n’ont pas pu entrer dans le stade de Tel Aviv où nous étions rassemblés.»
La fin de la manifestation se déroule en chant et danses.

Toutes sont joyeuses. Cependant, il est difficile, en ayant entendu les réactions des clients de ce marché, de partager complètement leur optimisme. «Nous n’avons pas d’autre choix que la paix, les mères ne veulent plus que leurs enfants soient tués. C’est pourquoi notre association demande que les femmes soient inclues à tous les niveaux des négociations de paix, et à tous les échelons politiques.»

Zum Infosperber-Dossier:

Atommacht Israel und ihre Feinde

Teufelskreis: Aggressive Politik auf allen Seiten festigt die Macht der Hardliner bei den jeweiligen Gegnern.

Deine Meinung ist gefragt!